Cinquième directive anti-blanchiment : décrets d’application de l’ordonnance n° 2020-115 du 12 février 2020

 

Le décret n° 2020-118 du 12 février 2020 pris en application de l’ordonnance n° 2020-115 du 12 février 2020 met fin à l'obligation de vérification du domicile préalable à l'ouverture d'un compte et simplifie les modalités de vérification d'identité du client pour les entrées en relation d'affaires à distance.

 

Il adapte certaines dispositions applicables en matière de contrôle et procédure internes.

Il clarifie les conditions de l'exemption pour l'exercice d'une activité financière accessoire ainsi que les obligations applicables au secteur des jeux.

 

Le décret précise les obligations relatives à la vérification de l'identité du bénéficiaire effectif en invitant les entités assujetties à systématiquement consulter les registres dédiés.

 

Les obligations en cas de risque faible ou de risque élevé de blanchiment de capitaux ou de financement de terrorisme, en particulier lorsque l'opération implique un pays tiers à haut risque, sont complétées, tout comme les conditions dans lesquelles les mesures de vigilance doivent être renouvelées.

 

Il apporte également des précisions relatives au recours à un tiers pour réaliser les obligations de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.

 

Le texte spécifie les règles de contrôle du respect des obligations par les différentes autorités de supervision et les sanctions applicables ainsi que la coopération des superviseurs financiers avec l'Autorité bancaire européenne.

Il fixe par ailleurs les modalités de publication d'un rapport par les organismes d'autorégulation.

Le texte détermine enfin les modalités de déclaration et de consultation du registre des bénéficiaires effectifs et adapte le Code de commerce en conséquence.

 

Le décret est pris pour l'application des articles L. 561-2 à L. 561-50 du Code monétaire et financier, dans leur rédaction issue de l'ordonnance n° 2020-115 du 12 février 2020 renforçant le dispositif national de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

 

Un deuxième décret de même date portant le numéro 2020-119, précise en effet les compétences de TRACFIN et élargit la composition du Conseil d'orientation de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme et renforce sa mission de coordination.

 

Le texte précise les modalités de transmission des informations relatives au bénéficiaire effectif des personnes inscrites au RCS.

Le décret est pris pour l'application des articles L. 561-2 à L. 561-50 du Code monétaire et financier, dans leur rédaction issue de l'ordonnance n° 2020-115 du 12 février 2020.

 

D. n° 2020-118, 12 févr. 2020 : JO, 13 févr.

D. n° 2020-119, 12 févr. 2020 : JO, 13 févr.

 

 

 

AL Avocats / ASSOUS-LEGRAND
 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
©Cabinet d'Avocats ASSOUS-LEGRAND - AL AVOCATS Avocats au barreau de Paris - 01.40.47.57.57 - 112, rue de Vaugirard 75006 Paris - 33, rue du Cdt René Mouchotte 75014 Paris